Trois axes structurent l’activité de recherche menée par les enseignants-chercheurs impliqués dans le projet ProspecTsaso :

Axe 1 : Professionnalisation et employabilité

Les transformations sociales et de l’intervention sociale (mondialisation, européanisation, juridisation, gestionnarisation…) impliquent de rechercher les effets sur la professionnalisation des intervenants sociaux à l’échelle du territoire transfrontalier afin de penser les adaptations possibles et/ou déjà en cours.

  • Une première phase sur l’identification des formations, des référentiels et des compétences permettra de faire un état des lieux de la professionnalisation en tant que formation.
  • Une seconde phase devrait montrer comment la professionnalisation se réalise en situation d’emploi, avec quelles stratégies des professionnels et des structures.

Cet axe participe à la création de l’observatoire de la professionnalisation.

 

Axe 2 : Participation et démocratisation de l’intervention sociale

En France, le changement paradigmatique introduit par le cadre légal (loi de 2002) soutenant le droit des usagers devrait rencontrer le développement de l’empowerment des publics accompagnés. Mais la participation en tant que processus complexe bouscule les représentations et les pratiques professionnelles, elle demande des changements de postures, de management, qui ne vont pas soi.

La recherche vise à rendre visible ces changements et les effets produits sur le pouvoir d’agir des publics qu’ils soient en situation de handicap, dans la protection de l’enfance et/ou faisant partie de la jeunesse.

Cet axe a aussi pour objectif d’analyser les effets et les perspectives de la participation sur la gouvernance des structures vouées à l’accompagnement de ces publics.

 

Axe 3 : Trajectoires et inclusion sociale

Les recherches dans cet axe ont pour objectifs de produire des connaissances sur les trajectoires sociales des personnes accompagnées par rapport à des problématiques sociales qui sont de part et d’autre de la frontière, comme le recours à l’IVG, la citoyenneté des jeunes dans les quartiers populaires, la prise en charge de la santé des migrants ou encore la vulnérabilité des aînés entre domicile et prise en charge collective.