travail

L’inclusion sociale et professionnelle des personnes en situation de handicap reste une problématique importante dans notre société. En effet, la majorité des travailleurs en situation de handicap dans les établissements et services d’aide par le travail (ESAT) n’ont pas ou très peu accès aux diverses formations et validations de droit commun.

Les programmes et formations ne prennent pas suffisamment en compte les freins liés à leur situation de handicap et à la réalité du travail en ESAT. Ces établissements ont l’obligation depuis le décret du 20 mai 2009, d’entrer dans des logiques de reconnaissance des compétences des travailleurs handicapés. Ce texte permet l’accès à la formation, à la démarche de reconnaissance des savoir-faire et des compétences et à la validation des acquis de l’expérience des travailleurs en situation de handicap accueillis en ESAT.

L’objectif assigné par les pouvoirs publics est de favoriser dans le respect de chaque projet individuel la professionnalisation, l’épanouissement personnel et social des travailleurs en situation de handicap et leur mobilité au sein de l’ESAT qui les accueille, d’autres établissements ou services de même nature ou vers le milieu ordinaire de travail. Ces travailleurs souvent éloignés des réseaux classiques de validation des acquis de l’expérience ont des compétences qui peuvent s’exprimer dans une démarche adaptée de reconnaissance des compétences en lien avec l’acte de produire.

La question de l’insertion socio-professionnelle des personnes en situation de fragilité passe par la formation des professionnels, par l’interrogation d’organisations dont les missions médico-sociales et économiques doivent être en synergie : favoriser l’insertion socio-professionnelle des travailleurs et en développer la qualité au sein des organisations.

Cette question vient aussi interroger les attitudes culturelles et politiques vis-à-vis des travailleurs en situation de handicap des deux côtés de la frontière. Les différentes actions devraient permettre d’éclairer les différents aspects de cette question de l’insertion socio professionnelle de chaque côté de la frontière, d’enrichir les réflexions, les démarches et les actions.

 

Objectifs de l’activité


  • Produire des connaissances autour des concepts d’éducabilité, d’organisation apprenante dans l’entreprise et de mise en réseau en termes de recherche action s’appuyant sur le croisement de différentes disciplines universitaires ;
  • Améliorer la formation des étudiants et donc des professionnels ;
  • Mutualiser des expériences et partage de pratiques innovantes : comparer des cadres institutionnels, des contextes d’activité et des pratiques au niveau transfrontalier ;
  • Constituer et animer des réseaux : envisager des leviers de réflexion et d’action, en vue d’élaborer des recommandations à même de favoriser l’innovation au sein des dispositifs de formation, de recherche et d’animation de réseaux professionnels.

L’équipe dédiée à l’activité « Dispositif de reconnaissance des compétences des travailleurs en situation de handicap »


 

                                                            

Porteur d’activité : Nicolas MANNLEIN – Institut Saint-Simon ARSEAA